Avantages et inconvénients de l’utilisation d’accords de tolérance pour éviter les saisies

Avantages et inconvénients de l’utilisation d’accords de tolérance pour éviter les saisies
4.9 (98%) 32 votes
 

Parfois, un accord de garantie est fourni aux emprunteurs qui ont du mal à s’acquitter de leurs obligations de prêt immobilier et aux emprunteurs qui entrent dans le droit de saisie. Lorsque les prêteurs signent le contrat de tolérance immobilière, ils acceptent de ne pas poursuivre le litige de forclusion hypothécaire, tant que le débiteur hypothécaire se conforme toujours à la clause.

L’accord de tolérance permet à l’emprunteur d’obtenir des conditions de financement spéciales pour une période donnée. La durée moyenne d’un contrat de garantie hypothécaire est généralement de 2 ou 3 mois. Cependant, si la situation s’aggrave, la banque peut étendre le délai à 12 mois.

Bien que les contrats de garantie hypothécaire puissent aider les emprunteurs à obtenir des fonds pour honorer leurs obligations de prêt futures, ces accords comportent des risques. Les banques utilisent des accords de tolérance pour réduire ou suspendre temporairement les paiements hypothécaires. Après l’expiration de l’accord, l’emprunteur doit être financièrement en mesure de rembourser le montant impayé ou réduit.

Par exemple, si le versement hypothécaire mensuel de l’emprunteur est de 1 200 USD et que le prêteur réduit sa période de remboursement à 600 USD pendant 4 mois, il doit être en mesure de rembourser 2 400 USD à la fin du contrat de remise. Si le montant total ne peut pas être payé, le prêteur peut continuer à exécuter la forclusion.

En outre, les remboursements de prêts au logement seront signalés aux trois principaux bureaux de crédit d’Equifax, d’Experian et de TransUnion. Les retards de paiement sont souvent signalés comme des arriérés de paiement, ce qui peut nuire à la cote de crédit de l’emprunteur.

Ceux qui ont déjà une faible cote de crédit peuvent rapidement glisser dans la catégorie à haut risque, ce qui limitera leur capacité à obtenir du crédit à l’avenir. Un crédit insuffisant peut empêcher les emprunteurs d’être éligibles à d’autres types de stratégies de prévention des saisies, telles que la modification des prêts et des hypothèques.

Une autre préoccupation pour la patience de l’immobilier est l’impact du paiement différé sur le séquestre. Les prêts hypothécaires comprennent les fonds nécessaires à l’assurance habitation et aux impôts fonciers. Une partie de chaque paiement est confiée à un dépositaire tiers pour couvrir les frais annuels.

Si des primes d’assurance ou des taxes foncières doivent être payées pendant le plan de tolérance, le compte séquestre peut être insuffisant. Le débiteur hypothécaire est responsable de payer ces dépenses de sa propre poche. Si l’assurance habitation et les taxes ne sont pas payées, la banque peut invalider l’accord de tolérance et lancer le processus de forclusion.

Cela étant dit, pour ceux qui font face à des revers financiers temporaires, la tolérance hypothécaire est un bon choix. L’emprunteur doit s’efforcer activement d’obtenir un ordre financier pendant la durée du contrat pour s’assurer qu’il peut se permettre le paiement différé après l’expiration du plan.

Les emprunteurs confrontés à des problèmes financiers à long terme dus au chômage de longue durée, à des problèmes de santé, au divorce ou au décès de leur conjoint doivent contacter le service d’atténuation des pertes de leur prêteur pour discuter des stratégies de prévention du rachat.

Le débiteur hypothécaire doit obtenir l’autorisation du prêteur pour exécuter l’hypothèque. La plupart des banques exigent de l’emprunteur qu’il soumette des documents financiers et une preuve de travail acharné.

La lettre dure a donné à l’emprunteur l’occasion de fournir des informations détaillées sur les événements qui ont conduit à sa crise financière. Les prêteurs demandent généralement au débiteur hypothécaire de fournir un calendrier chronologique et un résumé des difficultés, ainsi que les mesures prises pour améliorer la situation financière.

Les emprunteurs doivent contacter leur fournisseur de prêts hypothécaires dès les premiers signes de difficultés financières. Les banques sont généralement plus disposées à travailler avec des débiteurs hypothécaires qui recherchent activement des solutions. Si le prêteur ne veut pas aider, l’emprunteur devra peut-être retenir les services d’un avocat spécialisé en droit immobilier.



Source by Simon Volkov